Skip to content

Le gaspillage alimentaire : parlons-en !

Concept fourre-tout ou peu clair, qu’entend-on exactement gaspillage alimentaire ? Quels sont les enjeux de ce phénomène dont nous sommes à la fois victimes et responsables ? Selon la définition du Pacte national « anti-gaspi’ », le gaspillage alimentaire désigne « toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à une étape de la chaîne alimentaire, est perdue, jetée, dégradée ».

 

1/3 de la totalité de la nourriture produite au niveau mondial finit à la poubelle ; soit 1.3 milliards de tonnes chaque année

8 % de l’émission globale de gaz à effet de serre provient du gaspillage alimentaire. Rien que chaque année en Europe, ce phénomène cause 170 millions de tonnes d’équivalent de CO2.

43% des produits cultivés mondialement dans un but alimentaire sont directement consommés.

143 milliards d’euros : c’est le coût que représente le gaspillage alimentaire chaque année en Europe.

25.000 tonnes de produits alimentaires sont jetés à Bruxelles chaque année.

345 kg de nourriture par tête belge finissent à la poubelle chaque année…. Ce qui fait de nous l’un des pires élèves d’Europe.

Fraises FruitCollect - gaspillage alimentaire

Du champs jusqu’à l’assiette

Le gaspillage alimentaire est un phénomène qui s’accumule tout au long de la chaîne de vie des aliments : de leur production jusqu’à leur consommation, en passant par la manutention, le stockage après récoltes, la transformation et la distribution.

Selon la FAO plus de la moitié du gaspillage alimentaire mondial se passe en amont de la chaîne : production, récolte, manutention ; alors que moins de la moitié a lieu en aval de celle-ci : transformation, distribution, consommation.

Notons toutefois que les causes du gaspillage alimentaire varient d’une région à l’autre du monde. Dans les pays industrialisés, la majeure partie du gaspillage a lieu au moment de la vente au détail et chez le consommateur. Or, puisqu’il a fallu transformer, stocker et conserver ces aliments jetés à la poubelle, les impacts environnementaux augmentent à mesure que l’on s’éloigne des champs.

 

L’impact économique et social du gaspillage alimentaire

« Aujourd’hui, 795 millions de personnes souffrent de faim chronique dans le monde ; une personne sur neuf ne mange pas à sa faim et ne reçoit pas la nourriture dont elle a besoin pour mener une vie saine et active ».

À contrario, le gaspillage alimentaire représenterait une valeur gâchée totale de 750 milliards d’euros. L’écart se creuse encore et de plus en plus entre ceux qui gaspillent inutilement et ceux qui n’ont tout simplement pas accès à une alimentation correcte, saine et équilibrée.

Plus encore, les pertes ont une conséquence sur les prix des aliments : plus elles sont nombreuses, plus les prix augmentent… dans une sorte de cercle vicieux.

 

Le gaspillage alimentaire et ses conséquences écologiques

Le gaspillage alimentaire est un phénomène qui se produit et s’accumule à chaque étape de la chaîne de vie des aliments.

Or, chacune de ces étapes mobilise une quantité importante de ressources et d’énergie.

De plus, l’agriculture utiliserait déjà 70% des réserves d’eau douce mondiale, selon la FAO. Si notre mode d’agriculture continue à être à ce point intensif, nous risquons tout simplement d’épuiser nos ressources d’eau ; ce qui entraînerait la mise en danger de la sécurité mondiale.

 

 

Trop, c’est trop !

À Bruxelles, les produits alimentaires représentent 12% du volume de la poubelle blanche des ménages et 23 % de celle des entreprises et des écoles : fruits, légumes, yogourts, pain, … jetés parce qu’ils sont périmés ou partiellement mangés.

Les causes ?

D’une part, la plupart des gens n’ont pas conscience de ce qu’ils jettent ainsi que des conséquences de cet acte devenu si banal. D’autre part, on évoque « le manque de temps », l’oubli des denrées alimentaires dans le frigo ou la mauvaise compréhension des dates de consommation et de péremption mentionnées sur les produits, …

Pourtant, chacun peut déjà agir à son niveau. Selon une expérience réalisée auprès de 250 foyers, quelques gestes simples du quotidien contribueraient à réduire le gaspillage alimentaire de 59 %, soit l’équivalent 11.300 repas pour l’ensemble de ces ménages sur un an. Parmi ces gestes, il s’agit de bien conserver les aliments en remettant rapidement les produits dits « fragiles » au frais, de ranger son réfrigérateur en fonction des dates limites de consommation ou en mangeant les aliments même si les dates de péremption sont dépassées, …

Au-delà de ça, chacun peut également faire un effort au moment de servir des repas en adaptant les quantités et en conservant les restes.

Lors des courses, il suffit de ne pas trop acheter en faisant une liste de ce qui est nécessaire et / ou en choisissant les menus à l’avance, de vérifier les dates de conservation, …

 

Chacun peut déjà faire un effort à son niveau & faire la différence !

Scroll To Top